Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Solar - Plexus
  • Solar - Plexus
  • : Le Solar Plexus est le chakra du bien-être personnel, De notre ego, de notre énergie émotionnelle pour être en harmonie avec soi et avec son entourage dans un esprit de tolérance. Ce feu, cette force, cette lumière et cette énergie dont il est le siège déterminent notre personnalité et, par conséquent, notre place dans la société et nos réactions par rapport aux conventions, aux règlements et aux lois ainsi que notre sens de la hiérarchie. Le Chakra du Plexus Solaire régit nos rapports avec le c
  • Contact

.

.

.

ALBUM DE MES PHOTOS

   

Articles Récents

26 février 2008 2 26 /02 /février /2008 14:04

Kosova.jpg


 









J’ai enfin réalisé mon rêve d’enfant 

...L'
indpendance, c’est aussi une revanche sur tout ce que la Serbie a fait subir à plusieurs générations d’Albanais.
 
Je me souviens très bien lorsque, enfant, à Ivanic Grad, en Croatie, je demandais à un de mes cousins si en criant “Vive la république du Kosovo !” sur le toit de sa maison je risquais la prison.C’était à l’époque des manifestations de 1981 [mouvement étudiant réclamant un statut de république fédérée pour le Kosovo, réprimé par les autorités]. J’avais à peine 6 ans, mais ces questions me taraudaient déjà. J’étais content quand mon oncle m’a dit qu’ici la police n’allait pas m’arrêter. Mais je n’ai pas crié pour autant. 

Aujourd’hui, après la proclamation de l’indépendance du pays, je suis sorti dans la rue et j’ai enfin crié à tue-tête : “Vive la république du Kosovo !” [En albanais “Kosova Republike”, le mot d’ordre des indépendantistes kosovars depuis des décennies. Il signifie exactement : “Que le Kosovo devienne une république”]. Les yeux mouillés de larmes, j’étais en train de réaliser ainsi mon rêve d’enfant. Crier “Vive la république du Kosovo”, c’était aussi une façon de me venger de l’Etat qui m’a vu naître et où j’ai dû passer la majeure partie de ma vie en tant que citoyen de seconde zone. Pour commencer, je lui reproche d’avoir obligé un enfant de 6 ans à rêver de choses déplacées et radicalement différentes de celles dont rêvent les enfants de cet âge. Je me suis aussi vengé de ceux qui ont contraint un enfant de 10 ans à suivre dans leur intégralité les interminables séances du Parlement serbe et à connaître par leur nom et prénom la moitié des députés de ce Parlement. Ils ont brisé mon rêve de devenir footballeur, comme tous les autres enfants de cette Fédération. J’ai crié au nom de ma mère, qui m’a élevé avec la peur au ventre de me voir enrôlé de force dans l’Armée populaire yougoslave et revenir dans un cercueil. Je me suis vengé de la peur d’avoir vu et entendu les avions de l’armée yougoslave voler au ras de nos maisons à la fin des années 1980. Je me suis vengé car ils m’ont contraint à devenir un adulte avant l’âge. Ils m’ont contraint à renoncer à notre peu de bien-être en licenciant mon père uni­quement parce qu’il était albanais.

J’ai hurlé aujourd’hui: Vive la république du Kosovo ! 

En saluant la nouvelle république du Kosovo, je voulais me venger d’un Etat qui m’a fait pleurer chaque fois que ses représentants ont convoqué mon père pour des “entretiens informels”. Je voulais me venger de la peur que m’ont inspirée les policiers qui ont défoncé notre porte d’entrée à la recherche d’un pistolet que nous n’avons jamais eu. Pour toutes mes nuits blanches d’enfant terrorisé, je maudis cet odieux flic – Hajdar Pasic – et tous ses semblables.Je veux me venger d’avoir été contraint à apprendre dans la douleur la pauvreté de ma famille et le dénuement total vers lequel nous allions. Ce régime et cet Etat m’ont obligé à renoncer à m’habiller comme les autres, et, pour la première fois, à songer à quitter le Kosovo. A cause d’eux, j’ai suivi une scolarité parallèle [dans les écoles parallèles mises en place par les Kosovars dans les années 1980] du collège jusqu’à l’université. A cause d’eux, j’ai été battu par la police à Pristina pour avoir eu sur moi un livre scolaire en albanais. Que ces barbares sachent qu’aujourd’hui le Kosovo est indépendant et que ses étudiants ont le droit de posséder tous les livres qu’ils souhaitent ! 

Mais j’en veux surtout à ceux qui m’ont obligé à sacrifier près de cent jours de ma vie à me cacher comme une bête traquée dans les montagnes [allusion aux onze semaines de bombardements de l’OTAN en avril-mai 1999, pendant lesquels le Kosovo a été pratiquement vidé de ses habitants d’origine albanaise]. Je veux me venger pour ces moments où la police et l’armée ont coupé ma famille en deux, entre la guerre et la montagne. Si la haine, la malédiction, la vengeance peuvent s’exprimer par les mots, je la ferai passer à travers eux au nom de mon grand-père et de ma grand-mère, qui ont alors été brûlés vifs dans leur maison. Pour tous ces moments et pour bien d’autres, j’ai hurlé aujourd’hui : “Vive l’indépendance du Kosovo !” Et c’est avec ce cri que ma vengeance prend fin. Je peux à présent tourner la page de ces moments douloureux et amers. Car aujourd’hui commence une nouvelle vie pour tous ceux qui veulent vivre au sein de la république du Kosovo.
 
 
Berat Buzhala
( Express
 )
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Kosovare 18/11/2008 13:12

Un texte que j'adore !! et je pense que vous l'avez pris dans mon blog..

SIMBAD 18/11/2008 16:47



Vous avez dis que j'ai pris de ton blog ?
Dites moi qui est votre blog ...
Merci !