Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Solar - Plexus
  • : Le Solar Plexus est le chakra du bien-être personnel, De notre ego, de notre énergie émotionnelle pour être en harmonie avec soi et avec son entourage dans un esprit de tolérance. Ce feu, cette force, cette lumière et cette énergie dont il est le siège déterminent notre personnalité et, par conséquent, notre place dans la société et nos réactions par rapport aux conventions, aux règlements et aux lois ainsi que notre sens de la hiérarchie. Le Chakra du Plexus Solaire régit nos rapports avec le c
  • Contact

.

.

.

ALBUM DE MES PHOTOS

   

Articles Récents

17 janvier 2008 4 17 /01 /janvier /2008 16:24

Fichier hébergé par Archive-Host.com
En photo : Simbad pendant les tournages pour un reportage sur la famille d’Armelle Jacquin et sa famille, connus comme "Justes de France".


JUSTES DE FRANCE EN AQUITAINE

L’HISTOIRE D’UNE PETITE FILLETTE JUIVE

Née  à Karlsruhe en Allemagne, Hélène Fraenkel a douze ans en avril 1939. Grace à l’OSE sa famille réussit à la faire passer clandestinement en France avec sa sœur. Les deux fillettes trouvent asile à Strasbourg. Lorsque les Allemands envahissent la France, l'OSE transfère Hélène, seule sans sa sœur, dans un orphelinat de Bergerac. Un soir, en 1942, des gendarmes français font interruption dans l'établissement et arrêtent plusieurs Juifs, dont Hélène. Déjà dans le car qui doit la conduire dans un camp, elle est remplacée au dernier moment par un Juif plus âgé et elle retourne à l'orphelinat. Il est alors décidé de lui trouver une cachette plus sure. Le directeur de l'établissement connaît la famille Jacquin près de Bergerac qui pourrait l'accueillir.

Paul Jacquin, importateur parisien de matériel scientifique, refuse de collaborer avec les Allemands et voit son entreprise réquisitionnée. Il se réfugie avec sa femme Marguerite et leurs cinq enfants, François, Armelle, Noëlle, Jean-Pierre et Bernadette au manoir de Sireygeol, proche de Bergerac, une vaste mais vieille bâtisse qu'ils louent. Cette famille a des liens avec la Résistance. Elle abrite des enfants juifs; munis de faux papiers d'identité. Mme Langweil, amie de la famille, leur amène des enfants de l'orphelinat juif de Bergerac tenu par Mme Weil. Ainsi, arrivent Hélène Fraenkel et Vincent et Bruno Léon. Hélène est la petite-fille d'un rabbin polonais, elle est pourvue de faux papiers au nom d' “Hélène Frenel” et au même âge qu'Armelle Jacquin. Les trois enfants resteront chez les Jacquin jusqu'à la Libération.

La famille Jacquin vit modestement et se livre aux travaux des champs avec l'aide des enfants et des réfugiés. Tous gardent les troupeaux et travaillent aux champs. Toute la famille des Jacquin est impliquée dans les sauvetages, aussi bien à Grenoble qu'à Paris ou en Normandie ou vivent leurs cousins, les Parodi. Mais aussi les amis: l'instituteur qui fournit les faux papiers, le maire, les fermiers voisins. Paul et Marguerite Jacquin ont ainsi pu sauver un résistant, Antoine Noël, des réfugiés de passage qui avaient besoin de “se mettre au vert», des aviateurs hollandais que François Jacquin, le fils de Paul et Marguerite, résistant, plaçait dans les fermes voisines avant de les aider à rejoindre des filières vers l'Espagne ...

Les Allemands et la milice française font parfois des descentes dans la région, à la recherche de maquisards et de Juifs. Les Jacquin cachent alors les aînés des enfants à la forêt tandis qu'Hélène est simulée dans une meule de foin. Les Jacquin avaient averti leurs jeunes pensionnaires de ne révéler à personne qu'ils étaient Juifs, et ce n’est qu'à la Libération qu'Hélène a découvert que les autres enfants étaient également. Après la guerre, Hélène demeura encore un an et demi chez les Jacquin, avant d'être envoyée dans l’établissement de l'OSE à Toulouse. Hélène évoquera la chaleur de la famille et tout particulièrement de la jeune Armelle qui dormait dans la chambre contiguë à la sienne. Pour sa part, Armelle se souvient d'Hélène comme d'une adolescente robuste qui ne pleurait jamais, mais avait désespérément besoin d'affection.

Hélène vit aujourd'hui en Israël et les « petites filles» sont restées en contact. Armelle, qui a appris l'hébreu, est allée rencontrer en Israël son amie et sa famille. À propos d'Hélène, Armelle Jacquin évoque “un monument de silence, de douleur et de courage ». Par leurs actions, comme par leur participation à la Résistance, tous les Jacquin n'ont eu de cesse de manifester leur hostilité à l'occupant.

Nomination: 1991- Dossier 4873 Sauvetage: Bergerac, Dordogne

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2008 4 03 /01 /janvier /2008 14:42


undefined
Rrugicë në lagjen Vrenez ( Foto Vasil Qesari )


 
Kujtime nge Dionis Qirixidhi
 

Në një nga simbolet më shprehëse për nënën është simboli i Lejlekut, me krahë të bardhë e me shirit të zi, si të mbaj zi për shtegtimet. Fëmijën e lejlekut e pati pickuar gjarpri, nëna për te shpëtuar zogun e saj shqyen gjoksin që fëmija të pijë, nga zemra e saj, gjak të pastër nëne, që të shpëtonte nga helmimi. E kam parë këtë skenë simbolike të skalitur, në ‘Manastirin e Meteorëve’,  në një ikonostas gjashtëqind vjeçar ...  
          
Nëpër gjumë mu shfaqën tre selvi, një shkëmb ku përplasej vala, dielli i porsaulur mbi Sazan ... U zgjova. As det e as dallgë. Më goditën trurin e më rrëshqitën në buzë vargjet e poetit Ali Asllani: Vlorën, vetëm Vlorën / thelb e kam në zemër / ditën e kam dritë / natën e kam ëndërr ...’
 
Pasqyrova, ose më mirë të them, ftova duart e Skënderit dhe të Nestorit që të hipnotizonin dallgën e të m’i sillnin kreshpërimin e saj, në çastin e përplasjes me shkëmbin. Të m’i sillnin para syve atë akuarel të mungesës ... 
 
Enkas, e bëra udhëtimin nga Korfuzi për në Himarë me anijen, që të mbushja përsëri kujtesën me ndjesitë e Jonit, fshatrat e bregut të detit dhe Llogoranë, që më shfaqen e rishfaqen, ashtu, si pikturat sugjestive të piktorit: herë si brengë e herë si dhimbje ... Në sy më mbetën një grup selvish, mbi një kodër, buzë detit në Korfuz. Mahnitëse! Mu shfaqën në kujtesë penelat e miqve të mi, që hodhën në telajo dritën e bukur të Vlorës, në mijëra peizazhe.
 
Selvitë nisa që t’i emëroj: Ajo selvia e madhe, që ngrihet në qiell e që shpejton të kapë ngjyrat e mëngjesit Jonian, është peneli i Skënder Kamberit. Atje ku dallga kërkon të përkëdhelë “Vajzën e Valëve”, selvia në të majtë, është e Agron Dines, që qëmton si bleta syrin e lules së panjohur...
 
Më tej, peneli i Zihni Veshit, Petrit Cenos, Sabahudinit, Ovanezit, Rakipit, Zamirës, Alekos ... emra piktorësh që lanë gjurmë në artin figurativ dhe gdhendën emrin e mirë ‘Shkolla e Vlorës’. Selvi-penela, që tani janë të shkulur e të shpërndarë nëpër botë. Selvinë, me majën e tharë, në oborrin e kishës, po e emëroj me penelin e Vasil Talos. Mësuesi i urtë i vizatimit që i kultivoi Nestorit pasionin e akuarelit.
 
‘Deti, në pikturën e Nestorit, është ashtu si shpirti njerëzor i furishëm, me tallaze që, i zemëruar, rreh brigjet shkëmborë e thërrmohet në mirazh ngjyrash. Detin do të na i japë jo me ngjyrën blu, të njohur përciptazi, por me smeraldin kristaline, me umbrat e okrat që të befason emocionalisht’- shkruan piktori Skënder Kamberi.
 
Por ky s’është vetëm deti. Ky është vlonjati vital, dallgëzues, tërë energji e temperament ...
  
Nestori thotë se: 'Vlora, nga vetë natyra e saj, është një vend i çuditshëm, i ashpër, i kompleksuar dhe i shtresuar. Njerëzit dhe natyra e saj janë reflekset e njëra-tjetrës. Ata dashurojnë deri në dhimbje dhe urrejnë deri në vdekje. Kjo vjen nga pasuria e shpirtit. Në këtë vështrim dallga shërben si një analogji ndijimesh me njerëzit dhe natyrën e një bukurie të ashpër ...’
 
Deti i Nestorit është një pleksje  i melankolisë së detit e parë me vështrimin e syve të ëmbël të nënës së tij, një melankoli që të trondit se duket se kërkon të shpirtëzoj babanë e tij , erudit, të bukur e të trishtuar në atë moshë Krishti i kryqëzuar. Det që të gëzon e lumturon, buron fisnikëri e të mëson që ta duash njeriun e të të duan. Një det ëndërr - brenda ëndërrimit, bëhet mitik e merr përmasat, që Nestori e shpreh në mënyrë proverbiale : Deti është galaktika ime !
 
Nënë Lakia, një fytyrë e shenjtë që qëndiste e bënte azhur për të rritur dy fëmijët, Mentorin e Nestorin, u përkëdhel me penelin e të birit në dhjetëra tablo, çuditërisht, në moshë të re... Se, nëna si dashuria për vendlindjen, nuk zë kurrë thinjë !...
 
Para disa ditëve Aco Fllokua,  më dërgoj një mesazh nga Brukseli, ku mes të tjerave më shkruante dhe për nënën time, që nuk është më në jetë, aq vite, sa që nuk i mbaj mend. Më dhembi në shpirt, se në këtë botë të pashpirt, me nënën kisha kohë pa biseduar pranë varrit... Nëna ime me nënën e Acos, Milevën ishin mikesha të ngushta. Acua i mirë  më shkroi se nëna ime ishte e bukur. E bukur – thashë - dhe sytë mu përlotën. Dhe  thashë se nënat në shpirt, ngaherë mbeten të bukura, shpirtërisht e fizikisht ...
 
Shtëpitë e  Lekos, të Nestor Jonuzit e të Pandeli Koçit, formonin një trekëndësh. Në pikën ku takohen mesoret, e pata shtëpinë unë. Të tre miqtë e mi, nuk i njohën baballarët e humbur në Mat΄hauzen. Në papafingon e shtëpisë së Lekos që ndodhet në qendër të Vlorës, ai pat grumbulluar aparate elektrike, epruveta, makina të vjetra shkrimi dhe libra, libra, libra ... Ne shokët e tij ia kishim zili atë dhomë magjike, fshehur nga vështrimet e kalimtarëve, që na ngjante si studioja e Faustit.
 
Mu kujtua një poezi të cilën e që para shkruar në ato vite, ku mblidheshim, pothuaj përditë në papafingon e shkrimtarit Aleksandër Babe, ku e gdhinim duke diskutuar, ndërsa nënë Maria me sytë e picërruar nga mirësia na sillte kafe dhe për të ngrënë. Vite,  të cilat për ne, ishin ashtu siç thotë Sheksipiri me gojën e Hamletit: “na vrau në lulëzim mëkati”.
 
Në një atmosferë mbytëse, pas Pleniumit të IV të KQ u zhvilluan disa seanca “gjyqi” ndaj Aleko Babes për dy ‘gabime fatale’ të tij në letërsi e pikturë: ndikime të theksuara froidiste tek proza“Vesveseliu”, si dhe futja në pikturë e elementëve jashtë mendimit estetik e logjikës marksiste-leniniste. Mbledhja e organizuar nga komiteti i partisë vazhdoi ditë të tëra.
- Ç’të mbeti në kujtesë nga ajo zyrë e Akademisë ?- e pata pyetur kur e kritikuan me porosi nga lartë.
- Meshini. Mjedisi sikur nuk përkonte me pamjen e atij njeriu. Nga të katër anët meshin i derdhur me kuintalë Mure prej meshini. Kolltukë, po të tillë. Instinktivisht vrava mendjen për ato kafshë që ishin sakrifikuar. Përjetova një fantazmagori të shfrenuar, sikur turreshin demat e arenave të toreadorëve dhe unë u gjenda brenda tyre. Nuk e di me çfarë çiltërsie. Zhurmat e kasapëve që thernin demat për lëkurë, gjaku që rridhte, fillimisht më hutuan, pastaj më revoltuan. Që nga ajo ditë fillova ta shikoja ndryshe meshinin. Le të qeshim: edhe sot e kësaj dite më sjell alergji çdo gjë prej meshini. Është e lidhur në asociacion, me atë çast të vështirë të jetës sime ... Ndoshta bëhem i bezdisshëm, ndoshta nervozohem pa të drejtë e ku ta di unë, kur shoh çanta meshini varur në supe. Nga ajo kohë, më vijnë në kujtesë çanta sekretarësh, sigurimsash, komisarësh. U bëj thirrje shokëve të mi: ju lutem, në doni të më keni mik, mos i mbani më ato çanta prej meshini, se ato vijnë erë dema të therur, vijnë erë gjak, vijnë erë kasaphanë. Të më falni, nuk di në se e teprova. Por i tillë unë jam ... - sjell në kujtesë fjalët e Aleksandrit ...
 
Në asociacion, e analogji ndijimesh me botimin e “Vesveseliut”, më përfytyrohet një profil Danteje, i mishëruar tek Faik Ballanca, i cili para se të shuhej, nuk u shua si një kandil që nxjerr tym, por kërkoi që të udhëtojë sikur të ishte një asteroid …
Kujtesa përpëlitëse mërmërin me veten, sikur të kem nëpër duar negativët e filmave.
Vite të ikur, kohë që fle. T’i retushoj? Pozime, role teatrale, ku njerëzit duartrokisnin gënjeshtrën për të vërtetë. Rizgjova në celuloid qetësi kortezhesh, funeral ditësh, vitesh.  Pengjet ankohen, përse i kurdisa orët e ndryshkura, dhe me gjeste të frikshme nisën gjymtyrët që t’i shpijnë. Shëtita me fantazi, poshtë një qielli iluziv Vlore,  në rrugicat e lagjes Muradie që të takoja Koço Kolekën, me dorëshkrimin për historinë e Nartës dhe Memdu Sharrën me botimin e parë të ‘Dhiatës së Re’ të përkthyer nga Grigor Argjirokastriti. Me qenien e tyre në këtë mjedis asfiksie, sikur thoshin se kjo nuk ishte Shqipëria e tyre. Njëri vinte nga mjediset diturake të ‘Zosimeas’ e tjetri, nga ato të ‘Oksfordit’ ...
 
Hyra tek rrugica e hebrenjve dhe thirra si dikur: Elio, Eni, Abraham, Mimi, Aliqi, e askush nuk mu përgjigj !...
 
Kalova tek rrugicat e Vrenezit të shihja rritjen e kecit të dhisë malteze të Ollgës së Janullajve, që të më rikujtoheshin misteret e xhindeve (ajo kishte mbaruar për filologji në Romë, por nuk mundi të behej mësuese në atë sistem). Përbri saj, shtëpia karakteristike vlonjate e Skramajve dhe Kristaqi i vogël me pasionin për filmat e pullat e postës. Përball shtëpia e Arqiles (gazetar), Koçit (inxhinier), Pip Ndinit e  pak më tej, shtëpia e Andonit (aktor e regjisor i njohur) dhe Vasil Qesarit (gazetar e historian i njohur). S’ishte askush prej tyre që të përgatisnim kukumjaçet e balonat për fluturim, a të ndillnim pëllumbat në ato kufta pëllëmbe të nderura, bosh, që gjasme të pinin mirësinë, tek një burim iluziv fëmijërie.
 
Koço Dollanin (tanimë fizikan bërthamor) dhe Harallamb Fandin (farmacist e kritik arti), e dija, nuk do i linin nga shtëpia që të bredhërinin me arrakatët andej Qafës së Topit dhe Kalasë. Me mua, Pandin (shkrimtar e kritik), Petraqin (fizikan, profesor universiteti), Mikelin (gjinekolog i talentuar), dhe Elio Kohenin (inxhinier në SHBA, që tanimë nuk është më në jetë) si edhe me Xhilin (jurist enciklopedik e arbitri i famshëm i basketbollit), me të vëllain Petraqin, djemtë e mësueses tonë të fillores, zonjës Marianthi Kilicës (Karaja)... 
 
Me duar te padukshme, rrugica  ma heq maskën e, fytyra, më çlirohet nga hipokrizia. Më erdhi të thërras emra perëndish e shokësh, vende e maja malesh, lagjesh e rrugicash të Vlorës, guva e gjire deti, aty ku u burrëruam dhe na brumosën shpirtërisht, me atë magjinë e bukurisë, të cilat na veçojnë e që sigurisht përcaktuan përjetësisht ADN-në tonë.


undefined

Rrugica ku u lindem ... ( Foto Vasil Qesari )

 

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2007 2 06 /11 /novembre /2007 23:19
                                                                 Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

                           Hamlet, le prince impossible 

À l'âge de treize ans, dans un coin perdu de l'Europe communiste, Ismail Kadaré, naïf adolescent albanais, s'empare du Hamlet de Shakespeare pour y apporter une correction de son cru : "Je me souviens de ce jour ensoleillé d'hiver où j'ai pris le livre sur le rayonnage, cette fois non pas pour le recopier, mais dans une tout autre idée. Que les autres conservent leur Hamlet si ça leur chante, moi j'aurai le mien ! Après plus d'un demi-siècle, nous pouvons enfin découvrir le Hamlet de Kadaré. Bien que l'action de la pièce remonte à très loin, presque à l'époque du Christ, on aurait du mal à en trouver une qui concerne aujourd'hui d'aussi près les habitants de cette planète. Fascinés par elle, tous méditent et supputent sans fin à son propos. L'énigme commence dès la première réplique entre les murs du château d'Elseneur, quand dans la nuit et le brouillard on attend l'apparition d'un spectre. Elle gît dans la question : "L'histoire qu'on voit se dérouler sur scène n'en cache-t-elle pas une autre? Une autre que Shakespeare ne pouvait pas, ne voulait pas, n'avait pas le droit de raconter ?". Afin de percer le mystère du personnage le plus complexe du théâtre mondial, l'écrivain remonte à son berceau parmi les dunes glacées du Jutland, dans les sagas islandaises, les abîmes d'Oedipe et d'Oreste, pour le voir resurgir en celui qu'il désigne comme le "Hamlet extérieur", celui qui évolue à la surface de la terre dans le monde des vivants.
 


***


Le grand écrivain albanais relit pour son plaisir cette pièce. Et prouve qu'il ne s'agit pas d'une vengeance mais d'un crime. De temps à autre, inconsciemment, Ismail Kadaré farfouille dans sa bibliothèque et en retire « un ouvrage de première classe. » Avec Shakespeare, le Grand d'Albanie clôt une trilogie composé d'Eschyle, Dante et désormais de ce personnage tragique immortalisé par le dramaturge de Stratford-sur-Avon. En 1603, au Globe, Shakespeare fait jouer pour la première fois sa création dans ce théâtre qu'il a conçu lui-même. A lire tous les experts, « Hamlet simule la folie pour venger son père. » Depuis Avril brisé, roman clef de l'oeuvre de Kadaré, nous savons tous que la vengeance aveugle mine les Balkans. Un membre d'un clan tue un membre d'un autre clan et les crimes se perpétuent de génération en génération. Quand il lit Hamlet, Kadaré le relie à son histoire. Pour lui, la pièce n'est pas le récit d'une vengeance mais celle d'un crime.
 



 « Comme dans les régimes communistes, les crimes sont camouflés sous les habits pratique de la vengeance » analyse-t-il, calé dans son salon qui donne sur le boulevard St Michel. Si Hamlet était interdit en Chine, « la description des festins des princes ressemblaient trop à celle des hauts dignitaires du parti communiste chinois et était donc jugé trop dangereuse», en Albanie « la pièce était enseignée dès le lycée. » Pour anecdote, on doit sa traduction à « l'archevêque d'Albanie » s'amuse-t-il, faisant tournoyer son chivas dans un verre opaque. Preuve de l'importance que revêt la pièce dans ce pays, lorsque le théâtre de Pristina rouvrit en 1995 après la fin de la guerre civile, on joua Hamlet. L'Olympe de la littérature mondiale. Il y a quelque chose de touchant à voir un grand écrivain, régulièrement annoncé comme prix Nobel, relire un classique, en faire son miel, lui rendre hommage tout en déroulant un point de vue pas nécessairement en phase avec les universitaires qui ont consacré leur vie à cette oeuvre.



Dans sa bibliothèque idéale, il sort du rayonnage l'équipe Balzac, Rimbaud, Baudelaire. Et de se remémorer la conférence qu'il donna à la Biblothèque nationale espagnole à Madrid autour de Cervantès. Kadaré, fin limier des traditions orales, avait découvert que deux siècles avant la publication du Quichotte, des vieillards racontaient déjà l'histoire d'un pirate albanais, récit oral si proche de l'épopée couchée sur le papier par Cervantès. « Fascinant de constater comment le peuple de façon primitive s'approprie l'ombre d'un écrivain » constate-t-il. Qui sera sa prochaine proie? « Homère, peut-être » murmure-t-il, le regard songeur fixé sur son verre vide...
 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2007 5 05 /10 /octobre /2007 13:14


Fichier hébergé par Archive-Host.com


Pour moi, Georges Dalaras est un parmi les chanteurs grecs, les plus préférés. C’est pour cela que j’ai voulu dédier cet hommage. Georges Dalaras est né dans le quartier Néa Kokkinia au Pirée en 1950. Son père est un des grands rébètes grecs (Loukas Dalaras). Tôt dans son enfance, son père part. Il est donc amené à faire beaucoup de petits job pour entretenir toute sa famille. Vers 15 ans, il enregistre de façon amateur sa première chanson. Ses premières expériences sur scène en tant que professionnel, il les concrétisent vers 17 ans. En 1967, il enregistre sa première chanson. En 1968, après quelques participations sur des disques avec des chansons de Mitaskis, et Loizos, il enregistre son premier disque avec des chansons de Stavro Kouyioumtzi, Loukianos Kilaïdoni, Grigori Founda, Georges Mitsaki sur des paroles de Kouyioumtzi. De cet instant jusqu'à aujourd'hui, a été vendu à peu près 10 millions de disques en tant que disques solos ou disques avec participation du chanteur. Ses apparitions au théâtre Orféa en janvier 1983 et ses 2 concerts au stade olympique d'Athènes en septembre de la même année avec 160 000 spectateurs. Ses tournées en Europe et dans le monde (Olympia à Paris) et sa participation à beaucoup de festivals internationals tel que l'Europalia (à Bruxelles en 1982), le festival de la paix à Vienne (1983), le festival de la jeunesse à Moscou (1985).


 

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2007 2 11 /09 /septembre /2007 21:30

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Jamarbër Marko ( Photo de F.Velaj )

 

Diplômé en littérature et journalisme en 1974 à Tirana, il fut condamné à sept ans de prison l'année suivante, pour avoir exprimé son mécontentement envers le Parti Communiste Albanais. Mais surtout pour être le fils de Petro Marko (1913-1991), ancien combattant de la Guerre d'Espagne et ancien résistant passé par les camps de concentration : le romancier le plus talentueux de l'immédiat après-guerre fut plusieurs fois condamné, interdit de publication et interdit de lecture, et autant de fois "réhabilité", à cause notamment de sa popularité que le Parti jugeait trop expansive à ses dépens. Jamarber, lui, sortit de prison en 1979, mais dut compléter sa peine en travaillant comme déchargeur dans une brigade d'entretient. Il est l'auteur de deux volumes de poésie, dont le premier, Hasard intentionnel (1995), écrit durant vingt ans, pourrait être considéré comme l'oeuvre de sa vie. Avec son deuxième recueil, Pro nobis (2001), il confirme à nouveau ce qu'il y a de meilleur dans sa poésie : une forme laconique, un rythme intérieur soutenu, une pensée profonde dénuée de métaphore, une fière douleur qui ne tombe jamais dans le pathétique.

( Poèmes traduits de l'albanais par Ardian Marashi )


POUR AUTRE CHOSE JE SUIS DE RETOUR

 

Je ne suis pas revenu
Pour voir une larme versée pour l'occasion
Ne suis pas revenu
Pour entrer dans un sourire
Ne suis pas revenu
Pour démontrer que je savais tout
Ou pour enlever le grain de poussière
Qui pèse en suspens sur l'espace du malentendu
Je ne suis pas revenu
Pour sentir les inflexions sentimentales
Je ne serais pas revenu
Pour prendre ce qui m'était dû
Je ne suis pas revenu pour tenter de récupérer
Mes jours perdus en prison
Je savais que ceci était impossible
Je ne serais pas revenu
Pour éprouver la même chose
Que d'autres ont vécue.

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com 


LA LIBERTÉ DE LA PLUIE
 

Avec ses mains longues
Avec ses jambes minces
Elle plongea libre
Dans le monde ici-bas.
J'imagine sa plainte
Lorsqu'elle s'arrêtera
Devant
Les barreaux de fer.


***
 

Vous êtes pardonnés
pour le jour où vous m'avez condamné à mort.
Vous êtes pardonnés
pour l'heure où vous m'avez conduit à l'hospice des fous.
Vous êtes pardonnés
pour la minute où j'ai aimé le mensonge.
Je me vengerai pour la seconde où vous m'avez fait Dieu.
 


*** 

Nous avons gagné la guerre, le rêve, le beau.
Nous avons dormi du sommeil des bienheureux.
Et nous nous sommes réveillés étonnés
Par les crissements des vers
Aux fondations de notre majestueux avenir.
 


*** 

Dieu
La créature la plus impuissante de l'univers
Est devenue par erreur la plus puissante
Pour faire en sorte que les hommes se retrouvent
En enfer.
 


*** 

Je mélange le ciel et le sable
Et je conçois la mer.
Je mélange la mer et mes mains
Et je conçois le feu.
Je soustrais la lumière et la joie
Pour concevoir une parole.

 
*** 

Je rentre du combat
Les plaies fermées
Et je trouve
De nouvelles plaies toutes fraîches
Par le combat
On pourra les refermer.


***
 

En cours de chemin me porteront mes jambes
En cours de vie me portera mon souffle
Quel plaisir
Si je pouvais porter les fleurs à ma mort.

 
***
 

J'étais curieux de voir
Et j'ai vu
J'ai eu des remords ensuite
Et j'ai vu de nouveau.


 
Partager cet article
Repost0
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 23:54


Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

                                      IN MEMORIAM


Si je ne me trompe pas, c’était l’année 1994. Je me trouvais à Kuzbaba, une petite colline qui se trouve sur le centre de la ville de Vlora, ma ville natale en Albanie. De là on voyait un beau panorama : la baie et la mer bleu. Coté gauche, la presqu’ile de Karabrun et en face, la petite ile de Sazan et encore plus loin, l’horizon de la mer Adriatique. Cent kilomètres de distance de là, en face de chez nous, se trouvaient les cotes italiennes. J’étais là, en regardant ce paysage avec mon ami italien Giancarlo, qui avait avec con lui un téléphone portable. De là en haut, le signal de télécom italien était possible de se capter et ainsi il a profité de parler avec sa famille. Apres son conversation téléphonique, il me demanda : - Tu veux parler avec quelqu’un à l’étranger ? - Oui, je veux bien parler avec une amie à Malte ! - Sans problème, tu peux parler … J’ai pris son téléphone portable et j'ai fais le numéro d’Antoinette. C’était la deuxième fois que je parlais avec elle. La première fois c’était à Tirana, juste âpres la chute de communisme. Je me trouvais dans le capital albanais et la première chose que j’ai voulu faire, c’était de téléphoner à Antoinette. Je voulais faire, en fin un geste qui pour moi était interdit et bien sur pour sentir pour la première fois sa voix, après des longues années d’une longue correspondance. Je me sentais flatté car avant, parler à l’étranger c’était interdit par le régime. Je suis entré dans une petite cabine téléphonique et je sentais mon cœur qui battait très fort. Et, voila, j’avais cette heureux occasion de parler pour la deuxième fois. A travers les ondes j’ai écouté sa douce voix : - C’est toi, Vassil ? - Oui ! - D’où tu parle ? - Depuis ma ville, Vlora … - Tous va bien ? - Oui, ça va… Mais dis moi Antoinette, tu viendras un jour en Albanie ? - Oui, je vianderai mais, quand l’Albanie sera vraiment libre ! - Tu me promets ! - Oui, je te promets ! Et en finissant cette brève conversation, Antoinette a ajoutée : - Tu sais qu’une sœur à moi, se trouve actuellement en Albanie ? - C’est vrai ? - Oui, elle est avec la mission de Mère Teresa à la ville d’Elbasan. - Elle s’appelle comment ? - Anna … Anna Xerri … - Oh, quelle belle nouvelle. Je vais le rencontrer ! C’est possible ? - Oui, bien sur ! Elle sera très contente ! 

***
 
… Apres deux jours, j’ai pris le train pour rejoindre la ville d’Elbasan. C’était hiver et il faisait très froid. Jusqu’à la ville de Rrogozhine, j’ai fais la route debout. Le train était plein du monde. Il n’y avait de places libres. Les gens circulaient plus librement qu’avant. C’était dur, mais sur leurs visages, je voyais plus d’espoir, plus de vie, plus de joie. Il y avait justement deux ans que le régime communiste était tombé et les gens sentaient le doux vent et très cher de Liberté. Le train - une locomotive diesel tchécoslovaque avec une vingtaine de wagons verts de production chinois - marchait doucement sur l’Albanie centrale en parcourant les champs déserts de coopératives agricoles d’état, abandonnés déjà par les paysans. C’était triste à penser que le pays était si riche en eau et terres fertiles et dans le même temps tellement pauvre et ruiné. Hélas ! Le régime avec la destruction de lui-même avait détruit cruellement aussi la vie d’un peuple … Le train marchait et j’avais posé le front de ma tète sur le froid vitre de la fenêtre. Je regardais dehors, en vide. J’étais tombé dans des souvenirs et imaginations que c’était difficile a imaginer. C’était incroyable ! Comment était possible ? La sœur d’Antoinette se trouvait en Albanie et je ne savais pas ? En plus, elle était venu à aider les pauvres, les démunis, les rescapes, les gens malades et en difficultés. Je me sentais très ému car, pour moi, cette rencontre c’était pareille si je rencontrais Antoinette. Mon Dieu ? Comment les choses avaient changés ? La vie est comme un film, comme un roman. Avant, j’avais peur à écrire à Antoinette et maintenait, je pouvais librement aller a voir une personne étrangère, en plus une religieuse, la sœur de ma meilleure amie en Malte. 

*** 

… Elbasan se trouve au milieu d’Albanie. Une ville de 35 mille habitants. En autrefois, dans les années ’20 vu sa position géographique, cette ville était proposé à devenir le capitale de l’Albanie. Mais, après, le parlement d’époque avait décidé pour Tirana, une ville plus grande qui se trouve un peu plus au nord et Elbasan était oublié. Dans cette région, la religion musulmane est très présente et majoritaire. Les habitants chrétiens sont en minorité et, apparemment, la ville a héritée plus qu’ailleurs dans le pays, une forte conséquence par l’influence de cinq siècles d’occupation ottomane. Le "cœur" de cette ville avec son ancien quartier le plus peuplé, se trouve à l’antérieur d’une "ceinture" de anciens murs d’une large forteresse moyenâgeuse. Mais de qu’est-ce que est réputée cette ville ? Peut-être, pour le folklore, les belles chansons populaires d’amour accompagnes avec des consonances orientales ou, peut-être pour le très bon yogourt ou les délicieux gâteaux. Mais en faite, parlant de cette choses, il s’agissait du passé car le communisme, avait effacés tous les anciennes traditions, compris les gâteaux et les chansons d’amour. Pour l’idéologie du régime totalitaire, c’était primordiale de construire l’homme nouveau. L’homme du travail. C’était pour cela, qu’Elbasan était devenue une ville industrielle. Dans les banlieues de la ville était construit un gigantesque combinat métallurgique chinois. Mais le "progrès" industriel n’avait apporté ni le bonheur et ni la prospérité. Au contraire, il avait empoisonné l’air, les arbres et les rivières et les gens plus pauvres qu’avant, étaient devenus presque tous malades par la intense pollution ... 

*** 

… Mais ou était Anna ? Comment je pouvais trouver Anna dans une ville que je ne connaissais pas ? Sans doute en demandant ou était installée la mission de Mère Theresa. Et cela était facile, parce que c’était pour la première fois que dans cette ville les gens regardaient des sœurs, des sœurs de Mère Theresa. J’ai demanda une femme âgée et elle m’a montré la direction que je devais prendre pour y aller. Et, dans une petite ville, bien sur, n’est pas difficile de s’orienter… La mission de Mère Theresa était installée dans une petite villa, presque au centre ville. Une villa avec une petite cour, des gradins et une porte métallique. Je me suis dirigé vers elle et je suis arrêté devant la porte. J’étais émotionné ! L’émotion consistait sur le fait que j’étais devant une rencontre extraordinaire avec la sœur d’Antoinette ! Comment était Anna ? Est-ce que elle ressemblait avec Antoinette, que je l’avais vu seulement dans des photos ? J’ai mis le doigt sur un bouton et j’ai sonné. Depuis la maison, par le cityphone, j’ai écouté la voix d’une femme. - Bonjour ! Qu’est ce que vous - voulez ? - Bonjour ! Je veux rencontrer Anna Xerri !... - Vous êtes qui ? - Je suis un ami de sa sœur - Attendez une minute, monsieur … Et j’ai attendu. Apres quelques secondes, j’ai vu s'ouvrir la porte et une fille est sorti en descendent les escaliers, vers la porte métallique. Elle s’approcha et me salua en anglais : - Bonjour ! - Bonjour ! Je ne parle pas anglais. Parlez-vous la langue italienne ? - Oui, sans problèmes… - Je suis albanais, je m’appelle Vassil et je suis un ami de votre sœur, Antoinette. - Oh, tu es Vassil ? – répondit elle et m’embrassa comme une sœur. En écoutant mon prénom, son visage couleur brune mat était devenu plus douce et souriante. Ses yeux noirs aussi. - Venez, venez, entres ! – m’a dit elle très gentiment en me montrant la maison. Je la suivi derrière et nous sommes entres dans la dedans ou j’ai vu aussi trois autres sœurs. On a trouve un coin calme dans une chambre et elle continuait à me regarder en souriant. - Donc tu es Vasil, celui qui écrivait sans cesse des lettres depuis Albanie pour ma sœur Antoinette ? - Oui, c’est moi ! Elle me regardait sans parler et comme pour moi, je pensais que pour elle aussi, cette rencontre était un peu bizarre, incroyable et providentielle. - Et comment tu sais que je suis en Albanie, à Elbasan ? - C’est Antoinette que m’as dit. J’ai parlé avec ta sœur avant-hier au téléphone … - Ah, bon ?! - Oui … Apres passé cette présentation, le discours était devenu plus "libre". Je ne finissais à parler, de poser des questions. Comment était Antoinette, ses enfants. La mère et son père. Son frère John. Toute la famille Xerri. Je voulais savoir tous : - Eh, oui, Antoinette est déjà marie et elle a trois enfants. Elle habite dans une belle maison et moi, moi je suis ici en Albanie, avec la mission… Tu sais, j’étais petite mais je me souviens quand tu avais demandé à Antoinette de t’envoyer un magazine de cinéma, c’est vrai ? - Je suis très heureux de vous rencontrer Anna ! En plus avec la mission de notre Mère Theresa, une fille du peuple albanais. Tu saïs ? Nous tous, nous avons beaucoup soufferts. Moi aussi en tant que journaliste, je ne pouvais pas m’exprimer librement et j’ai eu des soucis et des punitions par le régime, aussi à cause de la correspondance que j’ai eu avec ta sœur. Chez nous, c’était interdit à écrire dans un pays occidental… Tu le sais ? - Oui, oui, je comprends la situation… Je ne connaissais pas l’Albanie avant mais, maintenait, je crois que je le connais un peu plus. Votre vie a été terriblement dure … répondit – elle. Et le discours continua. Et en parlant sur le passé et le présent de l’Albanie elle m’a dit en souriant : - Je sais aussi que notre Mère Theresa est d’origine albanaise. C’est pour cela que je suis sur que ce peuple trouvera le courage et les moyens de s’en sortir de cette situations. Nous sommes venues là pour l’aider … Et, en discutant le temps passait et je devais partir. Et j’ai lui dis : - Je dois partir maintenait, Anna ! - Oui, mais avant tu va manger avec nous. Le midi est passé et pour nous c’est l’heur de repas. Voila, nous allons faire la prière et après … a table ! J’ai voulu être avec Anna, c’est pour ce motif que je suis allé avec les sœurs, dans une petite pièce ou c’était improvisé un autel avec une croix en bois et un cadre de Jésus. J’ai reste a coté d’eux en écoutant en silence leur solennelle prière. Apres on a mangé du riz avec du de la viande de poulet. J’étais très content d’avoir passé deux heurs avec Anna. Le moment de partir était venu et j’ai donné quelques petits cadeaux pour qu’elle puisse les apporter à Malte, pour Antoinette. - Attends, moi aussi, je dois te donner quelque chose – dit elle et pour un peu elle est revenu portant sur ses mains deux cadres, un avec l’image de Marie la vierge et un autre avec le portrait de Jésus. - Oh, c’est un très beau cadeau pour nous. Je les garderai dans ma maison – je lui dis et en ce moments j’ai vu les yeux d’Anne en larmes. Nous sommes embrasses et je suis sorti à la rue. Je me sentais un peu troublé et biens - sur ému. Pour moi, c’était une émouvante rencontre inoubliable ! 

*** 

… L’octobre dernier, je me suis trouvé pour la première fois dans ma vie à Malte. Malheureusement, j’avais connaissance déjà de tous qu’était passé avec son destin. Anne Xerri n'était pas là. Elle était partie loin, dans un autre monde. Elle était décédée dans un accident automobilistique en Pologne. La nuit. En retournant de son travail, de son engagement à aider les pauvres, les drogues, les orphelins. J’ai su ce drame, il y avait trois ans et j’avais écrit une lettre de condoléance à sa sœur Antoinette et à toute la famille Xerri. Je me suis rendu a Sliema et j’ai pu visiter la maison d’Anna Xerri à 103, Triq Tonna. J’ai sonné et une jeune femme m’a ouvert la porte. J’ai prie de me laisser entrer dans cette maison. La jeune femme m’as dit que cette maison était vendu et qu’elle ne savait ou se trouvaient ses anciens propriétaires. Mais, malgré ça elle est montré gentille et m’a laissé entrer. Dans le couloir, sur une commode, j’ai vu un grand portrait de Mère Theresa. - C’est Mère Theresa … je luis dis. - Oui c’est une personne très chère a notre famille – répondit - elle troublé et avec les yeux mouillé de larmes. Je ne sais pas pourquoi a l’intérieur de moi même, j’ai senti un "doute". Puisque la maison Xerri était vendue et avait un nouveau propriétaire, comment était possible qu’eux aussi adoraient si spécialement, Mère Theresa ? Puis, je l’ai remercié et suis sorti dehors de la maison, dans la petite rue Tonna et je me suis assis sur le trottoir en face. J’ai fumé une cigarette et en regardant en haut, à la fenêtre du balcon traditionnel maltais en bois, j’ai vu s’apparaitre le visage d’Anne. Elle me souriait en me saluant avec sa main. Moi aussi je le salué et après, je suis parti en descendant vers le centre ville. Avant de retourner a la courbe de la rue, j’ai tourné encore fois la tète vers sa maison, comme si je voulais garder pour toujours vivante et inoubliable son image. Et j’ai dis : Merci Anna Xerri pour tous que tu as fait pour nous dans ta vie si courte ! Tu étais la meilleure ! Tu vivras pour toujours dans nos cœurs ! Dans mon cœur !... Je te salue Anna, je connais ton étoile dans le ciel !

Partager cet article
Repost0
1 mai 2007 2 01 /05 /mai /2007 21:57

Fichier hébergé par Archive-Host.com

NJE KALIMTARE
 
Rruga rreth e rrotull ziente e zhurmonte.
Veshur në të zeza në dhimbje madhështore,
Një grua shkoi duke tundur plot salltanet,
Kindat e palat e fustanit të saj të gjatë.
 
Po pija në mejhane përhumbur,tapë,ekstravagant
Kur ajo shtat hedhur kaloi me këmbët prej statuje
E thelle në sytë e saj, qiell gri ku lind uragani,
Pashë ëmbëlsinë që magjeps e epshin që vret.
 
Ish një vetëtime verbuese e pastaj u bë ... natë!
O bukuri kalimtare që krahë më dhe të fluturoj,
Valle s'do të shoh më në ketë jete veç në eternitet?
 
Iku e humbi mes turmës! S'do ta shihja më kurrë,
Nga që s’dija nga vinte e as ajo s'dinte ku shkoja unë.
Por, oh, qeshë i bindur! Po, qeshë i sigurtë!
Ajo do ish e vetmja grua që do kisha dashuruar ...

 
( Les Fleurs du Mal – 1857 )
 
Shqiperoi: Vasil QESARI

Partager cet article
Repost0
15 avril 2007 7 15 /04 /avril /2007 10:22
                PATRIARKU I KENGES ITALIANE
 
           - Historia e orendreqesit milanez i cili me pas u be kengetari mitik i Italise -
 
Nga Vasil QESARI

 

… Kisha zene vend ne nje tavoline, aty ne sallen e madhe te godines se fakultetit Histori - Filologji, pikerisht ne ate qe ndodhet mbi hollin e katit te pare e, ku shpesh zhvilloheshin leksione te perbashketa edhe me kurse te tjere. Nuk mbaj mend se ç'lende jepesh aty, ne ate salle te mbushur plot e perplot me studente, ndofta "Historia e PPSH"-se por, me kujtohet si tani qe isha strukur i vetmuar aty nga fundi, ne krahun e majte te saj e po veshtroja i perhumbur jashte dritares. Isha e njekohesisht s'isha aty. Aty, ne ate salle prej se ciles do te me mbeteshin mjaft kujtime te mira e te liga si, bie fjala: Nje mbledhje e zgjeruar ku do te kritikohej rende prof. Skender Luarasi. Me pas, nje tjeter ku do "demaskohej" shoku yne i kursit te letersise, kosovari Nezir Visha i cili akuzohej si "armik i socializmit e pushtetit popullor" ne Shqiperi e, me tej çastet e provimit te "tmerrshem" te "Sintakses" me prof. Mahir Domin e, pastaj, kujtime me te bukurat: puthjet e fshehta me Linden - te dashurin time e leksionet e "Letersise Moderne", te cilat na jepte Ismail Kadare.
 
Pra, isha strukur i vetmuar ne nje nga bankat e fundit dhe, siç thashe edhe me siper, po veshtroja jashte, nje dite dimri te ngrysur tiranase me shi te imte e te merzitshem. Pastaj, nuk di se qysh i shkeputa syte dhe i ula mbi banke, aty ku kish lloj - lloj mbishkrimesh, zhgaravinash e gervishjes te bera me laps, pene, stilolaps e mjete gervishese, maja gozhde e thike. Ato ishin "hedhur" njera mbi tjetren e mezi lexoheshin. Per t'u zbavitur me ate "rebus" qe kisha para si dhe per t'u shkeputur nga zeri monton i profesorit, ju kushtova asaj loje e nisa te "dekriptoja" fjale te tilla si: Parti- Enver, 20 shkurt - ditelindja, Te dua, M = D - sempre dhe per jete !, Gomar, mos shkruaj mbi banke! e, pak me tutje: Celentano - Il tuo baccio e come un rock… Ishte per here te pare qe, ne nje banke universiteti, po lexoja emrin e Celentanos si edhe titullin e panjohur te nje prej kengeve te tij...
 
 Padyshim, kengetari italian Adriano Celentano, aso kohe ishte i degjuar dhe i "njohur" per shume nga ne. Natyrisht, jo per te gjithe studentet, por per nje pjese te kufizuar te tyre. Kryesisht per tiranasit e ata qe vinin nga qytete te medha si Shkodra, Durresi, Vlora etj. Kjo kish arsyet e veta sepse, se pari, jo te gjithe i ndiqnin emisonet e radios italiane e se dyti nga qe degjimi i kengeve te huaja, konderohej jo vetem tabu, por edhe shkelje e moralit, edukates e tradites politike famijare e cila, bashke me regjimin te qendronte si shpate mbi krye e te mesonte, me ngulm e per dite se, kenget tona ishin me te mirat ne bote e se, çdo gje qe vinte nga jashte ishte e teper e rrezikeshme e duhej flakur tutje pa hezitim. Celentano, bie fjala, ishte idhulli i shokun tim te ngushte te gjimnazit Llazar Basko e, ate e adhuroja edhe une, megjithse ato vite qeshe me teper i "lidhur" me zerin e kenget e disa autoreve te tjere, te cilet ndofta shkonin me mire me natyren time melankolike. Sepse, Celentano "susta", ( il molleggiato " – siç e quanin italianet nga qe, kur kendonte ne skene e perdridhte trupin si nje suste ), per mua qe disi i "harbuar" e rritmi i kenges  dhe kercimit te tij, sikur m'a prishte harmonine e melodive te qeta e romantike italiane… 
 
... Shume e shume vite me pas, do te "takohesha" perseri me Celentanon. Kesaj here, ne tjeter kohe. Ne te tjera rrethana e ne tjeter sfond ngjarjesh. Sa kisha krijuar televizionin lokal "Teleblu" ne Vlore dhe ishim duke bere provat e para te shperndarjes se sinjalit, i cili shoqerohej vetem me nje sigel dhe muzike ne sfond. Tekniket italiane, po benin instalimet e fundit dhe pasi gjitheçka pat mbaruar, kerkuan te kalonin ne eter nje imazh çfardo pra, nje kasete me filmime te ndryshme, per shembell: nje film, nje koncert a nje pjese teatri. E, une as sot s'e di se si, pse e qysh, m'u gjend me vehte nje kasete VHS me regjistrimin e koncertit te fundit te Celantanos ( Concerto Live – Forum di Assago ). E vendosem ate ne magnetoskop dhe ne monitoret e regjise, u shfaq imazhi dhe zeri madheshtor i Adrianos. Trupin m'a pershkruan morrnica. Po plotesoja keshtu, nje enderr timen te pa imagjinuar kurre. Ne eter, pa frike e lirisht, po shperndanim kenget e nje kengetari te madh italian ...
 
                                 BIOGRAFIA

...Te flasesh per Adriano Celentanon, nje prej miteve me te shquara te kenges italiane eshte mjaft e veshire, nder te tjera edhe per shkak te kundershtive te ndryshme qe egzistojne rreth personalitetit te tij. Por, se pari, le te njihemi me biografine e tij. A.Celentano ka lindur me 1938 ne Milano, ne te famshmen Via Gluck, numer 14. Prinderit e tij ishin puljeze ( nga Puglia ) transferuar ne veri te vendit per motive punesimi e, ishte ne ate qytet qe ai kaloi adoloshencen e pastaj, pasi braktisi shkollen, punoi ne profesione nga me te ndryshmet. Nder ato, ai i fundit dhe siç thuhet edhe me i preferuari, ishte ai i orendreqesit te cilin ai e ushtroi me perkushtim, gjersa ndodhi ajo ngjarje e cila do t'i ndryshonte atij krejt jeten. Kembengules, i talentuar dhe i pasionuar pas kenges, emri i tij u degjua per here te pare ne fund te viteve '50, pikerisht me 18 maj 1957. Atehere, ishin vitet kur mbare te rinjte italiane ishin "infektuar" keqaz nga epidemia e rock - ut, nga ai vallzim amerikan i cili per Italine ishte nje fenomen i ri, nderkohe qe ne Amerike kish tridhjete vjet qe luhej. Ne "Palazzo del Ghiaccio" zhvillohej festivali i pare italian i "rock and roll" - it dhe, djaloshi Celentano i cili gjer atehere kish kenduar vetem neper lokale nate u paraqit para 10 mije shikuesve, me kengen "Ciao ti dirò". I veshur me nje bluze te kuqe e pantallona blue-jeans, ai shoqerohej nga kompleksi "Rocky Boys" i cili perbehej nga Enzo Jannacci, Giorgio Gaber e Luigi Tenco e qe imitonte Elvis Presley e levizjet frenetike te kengetarit amerikan, Jerry Lewis. Ishte pra aty, ne ate festival qe kenga e Adrianos u shpall fituese dhe u cilesua si nje triumf i vertete ! Rruga e tij drejt karieres, tashme ishte e hapur ...
 
Pas kesaj fitoreje, emri i tij nisi te degjohej gjithmone e me teper ne Itali. Nje vit me pas, me 1958, Adriano Celentano luan rolin e tij pare ne nje film te titulluar "I frenetici" e, me 1959 ne Ankona, ne nje konkurs kombetar fiton vendin e pare me "Il tuo bacio è come un rock" e cila, pastaj, behet nje sukses i bujshem dhe kalon shume shpejt ne krye te klasifikimit te shitjes se disqeve. Po ate vit, ai luan ne nje film tjeter dhe pikerisht ne "I ragazzi del Juke-Box". Nderkohe, viti 1960 shenon edhe nje kulm tjeter per te. Luan ne filmin "La dolce vita" te Felinit si edhe ne disa te tjere, nder te cilet veçojme, "Urlatori alla sbarra" me Mina dhe Joe Sentieri. Me 1961, nderkohe qe ishte duke kryer sherbimin ushtarak, Celentano kerkon te marre pjese ne Festivalin e Sanremos. E pamundur, pergjigjen eproret. Autori i kenges Piero Vivarelli, i shkruan leter Giulio Andreotti, ministrit te mbrojtjes se asaj kohe, i cili jep "viston". Adriano paraqitet keshtu per here te pare ne kete festival aq te dashur per italianet. Kenga e tij titullohej: "24.000 baci". Skena hapet dhe Celentano paraqitet para spektatoreve, jo si gjithe te tjeret, por mbrapsh, me kurriz. Nje gjest i papare, provokator, ofendues dhe i paparishikuar per organizatoret, jurine e publikun. Megjithate, si per çudi, kenga ze vendin e dyte dhe ishte nje triumf e, shume shpejt ne treg, prej sa u shiten mbi nje milion disqe 45 xhiro.
 
Pas kesaj, suksesi i tij s'njeh me ndalese. Me 1962, i frymezuar nga shembelli i Frank Sinatres, ai themelon te njohurin grup diskografik "Clan", ne te cilin bashkon miq e te aferm: kompozitore, kengetare, autore tekstesh ( Miki del Prete, Luciano Bereta, Don Backy, Ricky Gianco, Detto Mariano etj. ) e, mes tyre edhe te fejuaren e tij, Milena Cantù e quajtura "la ragazza del Clan". Celentano nis keshtu te mendoje per mjaft projekte e ide, nderkohe qe nga kritika cilesohet si nje nga zerat me premtues te kenges se lehte per kohen. Filmat, disqet, kenget, radioja, televizioni dhe turnete, e bejne ate nje artist gjithmone e me popullor. Fiton ne "Cantagiro" me "Stai lontana da mè" e, me pas me "Ora sei rimasta sola" ( te dy kenget, te shkruara nga Ricky Gianco ). Por, diçka jo e "kendeshme" ndodh me 1963. Ai ndahet nga e fejuara Milena Cantù e, ne naten e 14 korrikut 1963 ne menyre krejt sekrete, martohet me aktoren Claudia Mori, pikerisht ne kishen e San Francescos, ne Grosseto. Gjashte muaj me pas, çifti lind vajzen e tij te pare, Rositen. 

... Viti 1965 shenon per Adriano Celentanon nje periudhe te veshtire mistike. Ne gazeta shkruhet se Celentano e "Clan" - i i tij, mblidhen mbremjeve e lexojne Biblen duke komentuar vargjet e saj. Nderkohe, ca nga kenget e tij te fundit,  per te cilat thuhej se kishin brenda tyre fryme fetare ( "E voi ballate", "Preghero" ), jane te merziteshme e nuk ecin ne unison me suksesin e madh te kengeve te epokes ku prijne grupe te tille mitike si Beatles, Rolling Stones ( per te cilet, per paradoks a mendjelehtesi, Celantano deklaron se nuk i pelqejne fare e tenton t'i vere ne loje me kengen "Tre passi avanti" ).

Si te mos mjaftonte me kaq, ne kete periudhe, filmi i xhiruar prej tij 'Super rapina a Milano', del nje ... "fiasko" e vertete. Edhe ne "Clan" punet nuk shkojne mire. Nisin ferkimet, kundershtimet, fjalet, grindjet. Kompleksi "Ribelli" largohet. Pas tij i zemruar keq edhe Don Backy. Por, Celentano eshte i zgjuar dhe ne fund, vendos te nderoje "kartat", pikerisht ne fushen e kenges, aty ku ndihet edhe me i forte. Me se fundi, ai vendos te ndertoje nje stil te ri, te frymezuar nga fenomeni me i madh i asaj kohe: pikerisht ne "folk-rock", nje gjini te cilen djaloshi Bob Dylan, me kitare ne dore, e perdor per te folur mbi Ameriken dhe problemet e saj sociale. Pra, Celentano vendos te ndjeke shembellin e tij duke perzier aspekte te biografise se vet teper te thjeshte, perzier me shqetesimin mbi urbanizmin e eger dhe "progresin", te cilet bejne perpara duke shkaterruar gjitheçka, jo vetem barin e livadhet, por edhe menyren e te jetuarit ...
 
1966.Celentano paraqitet perseri ne skenen e Sanremos si nje  "imperator" shoqeruar nga 50 vete, pjestare te kompleksit muzikor "Ribelli". Por, kenga dhe spektakli qe e shoqerojne ate s'pelqehet; ajo eshte diçka krejt e re dhe e papranueshme per Sanremon. Kenga e tij, 'Il ragazzo della via Gluck", eliminohet ne menyre te bujeshme e te papritur qysh ne mbremjen e pare te festivalit. "Clan" - i  shokohet e Celentano jep majtas e djathtas nje buzeqeshje fallco, thjesht per te mos t'a dhene vehten. Ne gjendje te tille eshte edhe opinioni publik i cili priste qe ajo te vleresohej ne vendet e para... Por, gjerat shume shpejt ndryshoje dhe, ku ?... Pikerisht ne "Hit Parade". Aty, kenga njeh nje triumf te vertete dhe shpejt prej saj shiten gjer ne nje milion disqe. E, jo vetem kaq por ajo, perkthehet e kendohet edhe ne 18 gjuhe te tjera. Me 1967, çifti  Adriano e Claudia marrin pjese ne "Cantagiro" me kengen "Siamo la coppia più bella del mondo". Ndersa me 1968 vazhdojne dy suksese te tjera te medha: kenga "Azzurro", shkruar nga djaloshi i panjohur Paolo Conte ( e qe eshte cilesuar si nje nga kenget me te bukura te viteve '60 ) e me pas "Chi non lavora, non fa l'amore" interpretuar me te shoqen Claudia Mori, kenge qe shkaktoi nje varg polemikash per shkak te tekstit te saj, i cili nuk pershtatej me kontekstin kohor kur levizja punetore ne vend ishte çeshtje e dites...                                                               
 
 
1970 - 1973. Adriano realizon filmin "Serafino". Kritika e vlereson dhe e ngre lart interpretimin e tij. Gjate asaj periudhe, ai eshte me aktiv se kurre. Punon paralelisht ne shume drejtime. Kendon, merr pjese ne emisone televizive, luan dhe realizon filma. Ne çift me gruan, Caudia Mori, fiton Festivalin e Sanremos me kengen "Chi non lavora non fa l'amore" nderkohe qe me 1974 realizon filmin "Yuppi Du", i cili gezon nje sukes te madh e ku ai eshte njekohesisht edhe aktor, regjisor e produktor e qe kritika e cileson si filmin e tij me te mire. Prodhimi i tij diskografik nuk njeh nderprerje. Gjate viteve '70 - 2000, ai shkruan e interpreton kenge te natyres "predikuese" si: "L'ultimo degli uccelli", "L'albero di trenta piani", "Svalutation" dhe kenge nostalgjike si "Soli", "Il tempo se ne va", per te rradhitur me tej edhe kenge me motive te "lira" si: "Sotto le lenzuola", "Bellissima", "Susanna", etj.
Njeri pas tjetrit dalin edhe albumet e tij si "La pubblica ottusità" (1989), "Il re degli ignoranti" (1991) dhe "Quel punto" (1994) nderkohe qe ne tregun diskografik, vazhdojne te zene nje hapsire te konsiderueshme disqet e gjithe "katalogut" te tij krijues si edhe antologji te ndryshme me kenge te perzgjedhura. Me 1999, Adriano publikon nje tjeter CD te titulluar "Io non so parlar d'amore", ne bashkepunim me Mogol qe shkruan tekstet e Gianni Bella muziken. Ne vitin 2000 ai realizon ne bashkepunim me RAI ( televizionin publik italian ) programin "Francamente me ne infischio", ku fton dhe shume artiste te shquar italiane e te huaj e, ku tema kryesore qe trajtohej ishte ajo sociale. Ne nentorin te te njejtit vit, Celentano publikon nje tjeter album, po perseri ne bashkepunim me Mogol e Gianni Bella te titulluar "Esco di rado ( e parlo ancora meno )" nderkohe qe tre vjet me pas, del CD "Per sempre". Krijimi i fundit i Adrianos eshte albumi "C'è sempre un motivo" (2004) i cili permban edhe nje pjese te panjohur te Fabrizio De André te titulluar "Lunfardia", kenduar ne dialektin e Buenos Aires ( Argjentine ).
 
                                   MINA CELENTANO
 
                                          
 
                         1999 - Nje CD me dhjete kenge te shkelqyera kushtuar Dashurise
 
 ... Dhjete kenge te shkelqyera, per te festuar dyzete vjetet e nje kariere te jashtezakoneshme: ate te Mines e Celentanos. Albumi, i cili permban keto dhjete kenge, ne menyre te thjeshte mban vetem emrat e tyre e nuk ka ambicjen te beje nje bilanc te kater dekadave e te sukseseve te tyre te medha. Eshte vetem, si te thuash, takimi i dy artisteve te medhenj, aq te ndryshem e njekohesisht aq te ngjajshem, te cilet me emrat e tyre kane neneshkruar historine e muzikes se lehte italiane. Fatet e tyre, jane pak a shume te ngjajshme. Ta dy debutojne ne vitin 1958 e, rruga e tyre artistike, pershkruan te njejten "trase". Qysh prej atyre koheve, ka "rrjedhur shume uje", plot dyzete vjet e Mina ka mbetur po ajo e, Celantano diçka me pak se Celentano i dikurshem. Ish "Tigri i Kremones" eshte ende nje interpretuese e fuqishme dhe magjike, edhe pse ne skene e publik nuk shfaqet me, nderkohe qe Adriano ka rene ne "qetesi "dhe shenjat e kohes se kaluar i ka me te theksuara e, per pasoje, s'eshte me ajo "susta" e dikureshme qe s'gjente rehat ne skene ...
Dhe ky takim fantastik, del nje disk i nje cilesie teper te larte. Ne dhjete kenget e mrekullueshme te ketij albumi, ka momente te nje intensiteti te madh, te nje pasioni superior, te nje interpretimi madheshtor. Ne te, Mina ka zgjedhur kompozimet e disa autoreve te rinj e te panjohur  ( Stefano Cenci dhe Paolo Audino ) perveç tre pjeseve te "Audio 2", nje grup i inkurajuar e mbeshtetur nga Mina. Pastaj, vijon nje pjese e shkruar nga Adriano, te cilen ai e kendon se bashku me Minen ne dialektin e Foggia-s. Nder pjeset e tjera muzikore eshte edhe nje krijim i Massimiliano Pani: nje kenge e madhe e cila interpretohet me nje perkushtim e pasion ta papare nga te dy "gjigandet": Celentano e Mina ).
 
Nder me te fundit albume te Adriano Celentano eshte edhe ai qe titullohet "Per sempre", fryt i bashkepunimit te tij me Gianni Bella e Mogol si edhe nje kenge qe mban firmen e Francesco Guccini, nderkohe qe tre te tjerat "Per sempre" “Mi fa male” dhe “Radio Chick” – luhen ne pianoforte nga i shquari i muzikes jazz, Chick Corea.Ky album ( CD ) eshte krijuar nga i njejti ekip ( Gianni Bella e Mogol ). Mbas diskut "Per sempre", CD e fundit eshte nje album me se dinjitoz si ne aspektin "aranxhues" edhe ne ate te gjinive, me pjese qe kalojne nga jazz ne blues, nga rock-u ne kengen popullore. Nder kenget e tij me te shenuara jane ato qe titullohen 'Marì Marì', 'L'ultima donna che amo' dhe 'Proibito'. Nder to ben pjese edhe nje kenge e interpretuar nga Fabrizio De André dhe kenduar ne nje dialekt argjentinas. Ndersa kenga 'Quel casinha', eshte nje version ne gjuhen kreole i se mirenjohures 'Il ragazzo della via Gluck', nderkohe qe 'Vengo dal jazz', eshte frymezuar nga kenget "blues" te viteve '30. Eshte, nje CD - album, i cili eshte pelqyer sidomos nga "fans"-at e tij, te cilet gjejne ne te aftesite interpretuese te Celentanos.(Celentano eshte kengetari italian i cili ka shitur me shume disqe ne bote, me teper se 80 milione. Disqet e tij njihen, degjohen dhe pelqehen ne shume vende te botes, nder te cilet : Shqiperia, Gjermania, Franca, Spanja, Portugalia, Anglia, Holanda, Greqia, Brazili, Venezuela, Argjentina, Japonia, Shtetet e Bashkuara, Rusia etj. )...
 
 

                                                       FILMOGRAFIA

  Adriano Celentano ka luajtur ne filmat :
"I frenetici" (1958)
"Urlatori alla sbarra" (1959)
"Ragazzi del juke-box" (1959)
"La dolce vita" (1960)
"Io bacio... tu baci" (1961)
"Canzone di oggi, canzone di ieri, canzoni di domani" (1962)
"Il monaco di Monza" (1963)
"Super rapina a Milano" (1964)
"Serafino" (1968)
"Er più: storia d'amore e di coltello" (1971)
"Rugantino" (1973)
"L'emigrante" (1973)
"Di che segno sei ?" (1975)
"Culastrisce nobile veneziano" (1976)
"Ecco noi per esempio" (1977)
"Geppo il folle" (1978)
"Sabato, domenica e venerdì" (1979)
"Mani di velluto" (1979)
"La locandiera" (1980)
"Il bisbetico domato" (1980)
"Asso" (1981)
"Innamorato pazzo" (1981)
"Bingo Bongo" (1982)
"Sing Sing" (1983)
"Segni particolari: bellissimo" (1983)
"Lui è peggio di me" (1984)
"Il burbero" (1987)

   "Jackpot" (1992

 Eshte skenarist i filmave

"Geppo di folle" – 1978

"Joan Lui" - 1985

"Jackpot" - 1992

Dhe regjisor ne filmat :

"Super rapina a Milano" - 1964

"Yuppi du" - 1975

"Geppo il folle" -1978

"Joan Lui" – 1985

  

Partager cet article
Repost0
6 avril 2007 5 06 /04 /avril /2007 22:21

Plazhi i Ri dhe nje pjese e Gjirit te Vlores - Foto nga Simbad Detari ( 2006 )
 


Miku im i vjeter vlonjat, Dionis Qirixidhi,
i cili banon prej shume vitesh ne Athine,
me dergoi nje cikel poezish dy prej te cilave po i bej publike ne blogun tim 

Simbad 


 
 ***

 
MË MUNGON VLORA
 
Nē kētē vend pērrallor buzē Egjeut
me ullinj e klithma pulēbardhash nē muzg
e kērkoj me sy
e krahasoj me intuitē,
prek plagēn e mungesēs nēpēr gjumē,
dhe i llahtarisur e rikērkoj ku tē mund.
 
Pa maskē,
i vetmuar,
unē i gjithi unē,
miqēsohem me kukuvajēn
qē kēlthit,
qesh e qan
mbi rrēnoja kujtesash diku.
 
E unē i pērgjigjem:
Askund,
askund, askund…
 
Pa Vlorēn jam askush,
nē se nuk flas me zērin e sajē,
ashtu siç flet era me qiparisat frut-hidhur
nē shi e nē furtunē.
 
Pikēsuar
nē syrin e zogut shtegtar,
u bēra rojtar i pērgjigjes tē korbave,
qē i pres nēpēr natē tē vijnē tē ngrirē,
 
nē çastin kur heshtja
symbyllazi
kērkon e kērkon nēpēr errēsirē
shtegun e dhimbshēm,
shtegun e shpresēs
e  pērlindjen e fjalēs sē mirē.
 
 
VETËM  ËNGJËJ

 
U pengova tek zbrita shkallët e shtëpisë,
ku mësova artin e ecjes pa kurthe.
 
Shtegtar i pafat,
si shkallë kukullash
ngjajnë tani.
 
Çfarë kërkon të shohësh më parë
në këtë dlirësi që e plake si mëkatar?
Çdo hap që hedh del një peng që ta kapërcesh
pret dikë të të flasë
zëra, tinguj, hapa që afrohen
në shurdhësi.
E tërheq veten në një skaj
gëlltit lotët të mos zgjosh qetësinë,
tek ata që shtegtojnë e të lodhur
flenë nën bar...
Nëna nga fotografia e nusërisë
duket sikur foli: të lodhi shtegtimi, bir,
rri e çlodhu pak.
 
Mes kujtimeve ka vetëm ëngjëj.
 
Prindërit hyjnë e dalin si shenjtorë
nga ikonat që ndrijnë në errësirë.
 
Im at diçka kërkon të më thotë
për orën e shkurdisur
që pat lënë në komodinë.
E kurdisa
të dalloj në peshoren e fatit
dritën e ditës intime.
 
Përse?
Përse këtë dlirësi e plakëm?
Kërkojmë tek pasqyra të rigjëjmë
të qeshurën pa shkak të fëmijërisë,
pasqyra nuk ka faj që s’ka kujtesë,
tani është tepër vonë
ta rifitojmë atë të qeshur.
 
( Nga cikli "Me mungon Vlora " )

 

Partager cet article
Repost0
19 mars 2007 1 19 /03 /mars /2007 18:48

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Silhouettes - mars 2007

Partager cet article
Repost0